I Magazine / Conseils / Voyager et protéger les océans

 

Les cartes postales cachent parfois un décor plus sombre : des coraux qui se meurent, des déchets plastiques qui traînent dans les bas-fonds de l’océan, des poissons colorés qui ne sont plus aussi nombreux qu’avant. L’océan est vaste et fonctionne comme un immense système interconnecté où les effets en chaîne peuvent être destructeurs. Puit de carbone et réservoir de chaleur, c’est aussi lui qui régule les effets du changement climatique.

 

Mais cette masse d’eau bleue qui représente plus de 70% de notre planète souffre de nos activités humaines. Et le tourisme n’est pas une exception : on sait qu’au fil des années il a détruit des mangroves, provoqué des phénomènes d’érosion, et produit des tonnes de déchets. Alors, comment agir aujourd’hui pour voyager de façon plus responsable ? Voilà quelques conseils qui sont un bon point de départ pour profiter des plages paradisiaques et des étendues azur tout en limitant son impact !

Comprendre son impact pour le maîtriser !

 

Prendre de conscience de son impact environnemental pour le maitriser.


C’est la première étape, indispensable, pour protéger nos océans : savoir comment faire. S’informer, lire, se documenter,

et plus généralement se questionner sur nos habitudes et leurs impacts, sur le rôle de l’océan ou les conséquences du changement climatique.

 

C’est déjà ce que vous faites en lisant ces lignes, mais n’hésitez pas à creuser et à éveiller votre curiosité sur le sujet.

Il est fréquent aujourd’hui que des hôtels organisent des conférences à propos de la protection des océans : une bonne occasion d’allier vacances et pédagogie.

 

Et s’il est essentiel de s’informer, communiquer l’est encore plus. N’hésitez pas à partager vos astuces et votre savoir sur le sujet,

mais aussi à rappeler à l’ordre votre voisin de plage qui laisse ses déchets derrière lui. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez également rejoindre le Réseau Océan Mondial

et devenir citoyen de l’océan, ou vous orienter vers les associations de protection qui sont nombreuses.

 

  • I Se documenter sur sa destination
  • I Participer à des conférences
  • I Soutenir des associations de protection ou des initiatives locales
  • I Communiquer autour de soi
  •  

     

L’ennemi numéro un : le plastique !

 

Le plastique l'ennemi numéro un des océans


Le premier impact que nous avons sur les océans, en tant que touriste ou non, c’est celui de nos déchets,

et plus particulièrement du plastique. La règle d’or semble évidente, mais elle ne l’est pas pour tous : on ne jette rien derrière soi,

et on jette tout au bon endroit. Sans hésiter à ramasser les déchets des autres. On peut même profiter de nos vacances

pour participer à des opérations du type Beach Clean Up et rendre les plages plus belles, et les océans plus propres.

 

Dans certaines destinations, en particulier insulaires, le système de tri est inexistant. On limite alors sa consommation de plastique

quand on séjourne sur une île, ou chez soi, car il reste l’un des ennemis principaux des eaux de notre planète. On préfère les

produits recyclables et réutilisables. Sacs en toile, gourdes ou pailles en bambou : il existe aujourd’hui de nombreuses alternatives

aux emballages à usage unique.

 

  • I Ne laisser aucun déchet derrière soi
  • I Utiliser les systèmes de tri quand ils existent
  • I Trouver des alternatives au plastique
  • I Participer à des opérations de nettoyage des plages
 

 

La question épineuse de la crème solaire !

 

Bien choisir sa crème solaire pour éviter de détruire la barrière de corail

 

Vous devez également savoir que nos cosmétiques et crèmes terminent souvent en microparticules dans l’océan.

Toute crème solaire est composée de filtres anti-UV qui peuvent être nocifs pour les fonds marins.

 

L’humanité en utilise près de 14 000 tonnes chaque année. Certaines substances sont toutefois plus dangereuses que d’autres,

notamment pour les coraux : elles portent les noms d’oxybenzone, butylparaben, ou octinoxate. Il faut à tout prix éviter d’en utiliser,

même après la baignade, car elles finiront forcément leur course dans le réseau d’eau. Certaines destinations comme Hawaï prennent

les devants en interdisant l’utilisation de crème non biodégradable.

 

De votre côté, favorisez les crèmes solaires à base d’oxyde de zinc ou de dioxine de titanium,

et considérez des alternatives comme le port d’une tenue de protection pour vos activités en mer.

En cas de doute, des certifications comme celle du Haereticus Environmental Lab

peuvent vous aider à trouver la crème solaire idéale.

 

 

  • I Faire attention aux cosmétiques et crèmes que l’on utilise
  • I Trouver une crème solaire respectueuse de l’environnement
  • I Utiliser des tenues de protection lors de vos activités marines
 

 

Faire attention aux récifs !

 

 

Le principe est simple : on touche avec les yeux. Que ce soit pendant vos plongées ou lors d’une simple baignade,

ne ramenez rien, et ne touchez rien. Les coraux sont des organismes vivants très fragiles qu’on doit se contenter de regarder.

Il peut être tentant de ramener un souvenir de la mer, mais imaginez-vous que, si tout le monde fait de même, il n’y en aura bientôt plus.

Idem pour les produits qui sont vendus dans les boutiques et les bijoux en coraux. Il est tout aussi important de pratiquer

vos activités sous-marines de façon responsable, en respectant la réglementation locale. On ne jette par exemple jamais l’ancre en plein récif.

 

Il existe une Charte Internationale du plongeur responsable qu’il peut être bon de consulter avant votre voyage.

L’idée, c’est toujours d’avoir le moins d’impact possible sur ce que l’on observe.

 

  • I Ne pas jeter l’ancre en plein récif
  • I Ne pas ramener de « souvenir » de la mer
  • I Pratiquer les activités marines de façon responsable
 

 

Protéger la faune océanique !

 

 

Respecter la faune des océans

 

 

Comme avec la flore, on cherche à avoir le moins d’impact possible sur la faune: on la laisse évoluer dans son environnement naturel.

En plongée ou ailleurs, on ne nourrit pas les animaux, car cela perturbe leur régime naturel. On évite les activités comme la nage

avec les dauphins, où les animaux sont dressés ou en captivité. Le mieux, c’est d’organiser une excursion en pleine mer pour observer

baleines et cétacés nager librement, et là encore, on évite les engins bruyants et on limite son temps d’observation à une vingtaine de

minutes. On préfère le paddle, le surf, la plongée ou la randonnée aux jets-skis.

 

Autre problème qui peut nuire aux océans : la surpêche, fréquente dans certaines destinations paradisiaques.

Elle mène à la destruction des habitats, des espèces, et menace le stock de ressources des communautés qui en vivent.

Pour consommer du poisson, que ce soit chez vous ou à l’étranger, renseignez-vous sur les labels liés à la pêche responsable.

 

Pour tout ce qui concerne les eaux françaises, vous pouvez déjà utiliser l’application Mr. Goodfish

qui donne de précieux conseils sur les espèces à consommer selon les saisons.

 

  • I Consommer responsable
  • I Suivre les sentiers balisés
  • I Ne pas ramasser de coquillages vivants, d’algues, de galets
  • I Ne pas interagir avec la faune marine
  •  
  •  

     

Réduire son impact au jour le jour !

 

Réduire son impact pour protéger les océans

Protéger les océans semble être une évidence quand on est au bord de l’océan. Car on voudrait qu’il reste éternellement beau et vivant.

Mais sachez que votre façon de vivre au quotidien, chez vous, a aussi un impact. Tous ces conseils s’appliquent à la vie de tous les

jours. Si l’océan est un puit de carbone, son équilibre est fragile et menacé. L’idéal est donc de réduire ses émissions et impacts au

quotidien, dès que c’est possible : c’est plus de déplacements doux, une consommation raisonnée, la limitation de l’usage du plastique…

C’est faire attention à ses déchets et aux produits qui vont se retrouver dans le réseau d’eau et auxquels on en pense pas

toujours : la lessive, les produits ménagers, ou encore les cosmétiques.

 

 

  • I Favoriser les déplacements doux
  • I Economiser l’eau et l’énergie
  • I Trouver des alternatives aux plastiques et aux produits agressifs au quotidien

 

 

 

Vous avez été inspiré ?

Faites confiance à nos experts des destinations pour composer votre voyage sous le signe du Bien Être. Demandez votre devis sur mesure en utilisant le bouton ci-dessous ou prenez rendez-vous dans votre agence Printemps Voyages.